Dr Nabila Yazidi : Certains parmi nos concitoyens ne nous aident pas vraiment

Lors d’un direct sur Esseha.com, le Dr Nabila Yazidi, maître assistante, travaillant au sein du service de médecine interne du CHU Beni Messous a saisi l’opportunité qui lui était offerte pour adresser un message à ses concitoyens.

Au cours de son intervention, le Dr Yazidi a fait savoir que le service dans lequel elle travaille est « toujours plein de malades atteints de Covid-19. Certains sortent complètement guéris, tandis que d’autres font des complications surtout quand ils sont en déchocage et il y a malheureusement des décès. On reçoit toujours des malades Covid et c’est la responsabilité de tout le monde, de tous les Algériens », dira-t-elle.

Si les services de santé en général, les médecins en particulier, ont consenti beaucoup de sacrifices depuis l’apparition de cette pandémie et restent mobilisés nuit et jour depuis deux mois pour lutter contre ce virus, il n’en demeure pas moins que la courbe du Covid n’a pas encore amorcé sa décroissance.

Pour le Dr Yazidi : « Nous n’arrivons pas à décrocher la courbe du Covid et cela à cause de certains de nos concitoyens qui ne nous aident pas vraiment » et de lancer un cri du cœur à l’adresse des Algériens : « certains médecins ne voient même pas leurs enfants et leurs familles, ils sont confinés parce qu’ils travaillent au sein des unités Covid, il faut donc les aider en restant chez vous et en respectant les règles sanitaires », a-t-elle lancé avec une voix gorgée d’émotion.

Revenant sur les comportements de certains concitoyens qui, faisant fi de toutes les mesures sanitaires prescrites, vont se bousculer pour du kalb elouz ou les vêtements de l’Aïd, le Dr Yazidi a indiqué que « ce n’est pas la fin du monde si vous ne mangez pas de zalabia ou si vous ne pouvez pas acheter les vêtements de l’Aïd pour vos enfants. L’essentiel est de rester en bonne santé, nous et notre entourage » et de révéler à propos d’une malade hospitalisée au sein du service de médecine interne du CHU Beni Messous : « nous avons eu une vieille testée positive au Covid et hospitalisée dans notre service qui ne sortait même pas de chez elle, elle a été contaminée par ses enfants et elle a failli y passer. Donc si vous n’avez pas peur pour vous, ayez au moins peur pour vos parents, vos enfants et toutes les personnes qui vous sont chères. C’est le seul moyen pour nous protéger et protéger nos proches ».

Appréhendant l’arrivée de l’Aïd El Fitr, fête familiale par excellence, le Dr Yazidi a rappelé que des sacrifices doivent davantage être consentis pour la circonstance et par tous les Algériens pour leur bien et le bien de leurs proches. Certes « l’Aïd est une fête sacrée pour tous les musulmans, on en est conscient mais si vous aimez vos parents, si vous aimez votre famille et vos enfants, si vous voulez les retrouver l’année prochaine pour la même occasion, respectez les règles de protection », précisant encore « vos proches, appelez-les au téléphone au lieu de vous déplacer ». Et de conclure : « quand vous êtes dehors, portez le masque et ne l’enlevez pas, gardez-le tout le temps, évitez les rassemblements car nous risquons d’avoir une autre flambée du Covid après l’Aïd si vous ne respectez pas les consignes.

En dernier lieu, je dirai saha ramdankoum et saha aidkoum, inchallah sans Covid et on se débarrassera le plus vite possible de ce virus ».

 

Hassina Amrouni

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :