fbpx

Dr Mohamed Yousfi : « Nous travaillons non-stop depuis 56 jours »

 « Depuis 56 jours, toute l’équipe du service des maladies infectieuses travaille non-stop ». C’est ce qu’a indiqué le Dr Mohamed Yousfi, chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik, au cours d’un entretien accordé à Esseha.com. Revenant sur la situation sanitaire qui prévaut au niveau de la wilaya de Blida à l’ombre de cette pandémie du Covid-19, le Dr Yousfi a tenu « à rendre hommage et à saluer le courage de tout le personnel (médecins, paramédicaux, agents d’administrations, surveillants, agents de sécurité, agents de salle), toute cette équipe qui est sur la brèche non-stop, week-ends compris et que je coordonne. Dieu merci, beaucoup de choses ont été faites par cette équipe pour contenir cette épidémie au niveau de la wilaya de Blida ».

Évoquant le premier cas détecté à Blida le 29 février dernier, le Dr Yousfi a fait savoir qu’aujourd’hui, « tout l’hôpital, en dehors de la maternité, est dédié au Covid ». « Nous avons des cas confirmés au niveau de la médecine interne et de la chirurgie et je tiens par la même occasion à saluer toutes les autres équipes des autres services qui sont en train de faire un travail important pour la prise en charge de cette épidémie » a fait remarquer le Dr Mohamed Yousfi.

Expliquant que depuis le début de cette pandémie plus de 1000 malades sont passés par l’hôpital de Boufarik, le Dr Yousfi a indiqué que tout le personnel de santé est mobilisé. Il a également mis en exergue l’engagement du personnel féminin, représentant 90% des effectifs, saluant, par ailleurs, la présence d’un corps médical féminin dévoué au plus haut point. « Ce sont toutes des femmes, mères de famille qui habitent Alger et qui font la navette quotidiennement depuis maintenant 56 jours. En dehors de celles qui sont de garde, les autres restent travailler jusqu’à des heures tardives parfois jusqu’à 20h 30 pour rentrer chez-elles. Alors, je tiens à leur rendre hommage » a noté, le chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Boufarik avant d’ajouter : « il faut que les citoyens algériens sachent dans quelles conditions nous travaillons, l’engagement de cette équipe et les efforts qui sont fournis. Nous restons debout».

Concernant le confinement total décidé au niveau de la wilaya de Blida le 24 mars dernier, le Dr Yousfi a noté que la population dans sa majorité s’est pliée à cette mesure à l’exception d’une frange. Si « au niveau de la wilaya de Blida, plus particulièrement à Boufarik, nous assistons, aujourd’hui, à une stabilisation de la situation avec un nombre qui n’augmente pas mais qui depuis deux jours diminue légèrement, on n’est pas encore sorti de l’auberge. Il faudrait consolider cette situation ».

Aussi a-t-il rappelé l’importance de « continuer à respecter le confinement ainsi que les mesures de distanciation pour sortir de cette situation difficile, il ne faudrait pas perdre ce qui est acquis. Enfin, il ne faut pas oublier que nous sommes face à un virus avec beaucoup d’inconnues et des questions se posent toujours concernant sa résistance par rapport à la chaleur ? Est-ce qu’il va y avoir une 2e vague ? Est-ce qu’on peut être immunisé après une première contamination… », s’est-il interrogé.

Hassina Amrouni