fbpx

Dr Meriem Zeghar, chirurgien-dentiste : « Nous prenons en charges les urgences tels que les abcès dentaires et les rages de dents avec le maximum de protection »

Les pathologies ne s’arrêtent pas, ce n’est pas parce qu’on est face à une pandémie de Covid-19 que l’organisme va se mettre en mode ‘’pause’’ quant à d’autres maladies. Mais le problème qui se pose, c’est que nombre de médecins ont fermé leurs cabinets dès le début de l’infection en raison de l’absence de moyens de protection et c’est le cas des dentistes. L’ouverture du cabinet du docteur Meriem Zeghar, chirurgien-dentiste à Dely-Ibrahim, représente une aubaine pour les personnes souffrant de problèmes dentaires qui ne peuvent pas attendre.

La spécialiste rassure les malades qui s’inquiètent par rapport à l’absence de nombre de chirurgiens-dentistes et les assure que son cabinet demeure ouvert pour les cas pressants. « Nous prenons en charge les urgences tels que les abcès dentaires et les rages de dents, notamment chez les femmes enceintes, les personnes âgées et les enfants. Nous avons quotidiennement ce genre d’urgences » indique Dr Zeghar qui invite les personnes qui en souffrent à se rendre à son cabinet où, souligne-t-elle, toutes les mesures de protection contre le nouveau Coronavirus ont été prises depuis le début. « Nous procédons à la désinfection plus qu’en tout autre temps, et ce qui a changé, c’est cet équipement que nous ne portions pas (blouse camisole et casque visière ndlr). Nous nous adaptons à cette crise et nous faisons en sorte que la désinfection se fasse au maximum et dans les meilleures conditions » précise-t-elle, tout en insistant sur le port obligatoire du masque par les patients qui attendent leur tour.

 

« J’ai trois salles d’attente, cela me permet de respe

cter la distanciation. L’infirmière se déplace d’une salle à une autre pour constater si le port du masque est respecté, c’est très important car ainsi le patient se protège et protège autrui ». Dr Zeghar fait remarquer que pour ce qui est des enfants qu’elle reçoit, « comme chaque année pendant le Ramadhan, avec la consommation de sucreries, les abcès dentaires et les rages de dents sont très présentes ». Elle réitère sa disponibilité et affirme encore une fois les principaux soucis de son équipe : « Nous sommes là pour soulager le patient tout en ayant le maximum de sécurité pour nous et pour nos patients ».

Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :