fbpx

Dr Fahed Chater, chef de service d’anesthésie et réanimation à l’EHS –TOT de Blida : « Il est temps de réfléchir à l’après Covid et de revitaliser l’activité hospitalière »

« Aujourd’hui, nous assistons à un plateau, il y a une baisse du nombre de contaminés, c’est une bonne chose donc il faudrait qu’on commence à penser à reprendre nos activités et à reprendre nos malades. Il faudrait absolument trouver une solution alternative à tous nos patients atteints de cancers qu’on a dû mettre en attente pendant trois à quatre semaines », c’est ce qu’a indiqué le Dr Fahed Chater, chef de service d’anesthésie et réanimation à l’EHS –TOT de Blida, dans un entretien accordé à Esseha.com.

Se basant sur des constations de terrain, le Dr Chater a fait savoir qu’« actuellement, les cas de Covid qui demeurent à Blida peuvent largement être pris en charge par les pneumologues et les infectiologues, ce n’est plus la peine d’aller infecter d’autres services. Cela reste mon avis car je n’ai pas les chiffres exacts mais je constate que ce n’est plus le rush des semaines précédentes ». Aussi, préconise-t-il de « revoir la prise en charge des malades non Covid qui sont en train de souffrir à domicile. Il est aussi urgent de prioriser les canaux de prise en charge des malades ». Pour le Dr Chater « il est temps de réfléchir à l’après Covid et de revitaliser l’activité hospitalière. Je parle de l’EHS mais nous ne sommes pas les seuls dans cette situation ».

Selon le Dr Fahed Chater, au plus fort de la pandémie « tous les services ont suspendu leurs activités à cause du covid-19, au moment où nos collègues pneumologues et infectiologues étaient dépassés par le nombre important de malades. Il y avait une urgence sanitaire vitale et nous étions obligés de répondre présents ».

Aujourd’hui, les choses semblant se stabilisent, le Dr Chater a lancé un appel pour que les malades atteints d’autres pathologies (cancéreux, tuberculeux, diabétiques, hypertendus, insuffisants rénaux…) puissent enfin être pris en charge. Pour cela, il a adressé un message à la population qui détient la clef de sortie de cette crise sanitaire : « il faudrait que la population se plie aux recommandations du ministère de la santé et fasse le nécessaire pour que le virus cesse de se propager. Nous avons vu certains comportements les jours passés, des comportements désolants que nous ne pouvons expliquer. Certains commerçants ont été autorisés à rouvrir car ils avaient besoin de travailler pour pouvoir nourrir leurs familles mais, par leur égoïsme, certains citoyens les ont privés de cette source de revenu puisque, face à la au rush populaire sur les magasins, l’Etat a décidé de les refermer pour éviter une flambée du nombre de contaminations », a-t-il déploré et de préciser encore : « Même si vous devez sortir pour régler vos affaires, faites-le dans la discipline, respectez la distance sociale, mettez une bavette pour vous protéger et protéger les autres, lavez-vous les mains, désinfectez ce que vous ramenez de l’extérieur. Il est important de casser la propagation de ce virus. Et même si vous vous n’avez pas peur ou ne croyez pas à l’existence de ce virus, vos parents ou vos enfants peuvent être contaminés (…). Dans le pire des cas, si vous ne pensez pas à vos proches, pensez au pauvre patient, atteint d’un cancer qui attend impatiemment, qui prie chaque jour pour que des lits se libèrent dans les hôpitaux pour qu’il puisse enfin être soigné pour son cancer. Ne soyez donc pas égoïstes ».

Hassina Amrouni

%d blogueurs aiment cette page :