Dr Belmahi Mohamed Habib chef de service toxicologie au CHU de Constantine : « Les gels hydro-alcooliques  soumis à un contrôle de conformité avant commercialisation »  

Les gels ou liquides hydro-alcooliques sont au cœur de la stratégie de lutte contre le coronavirus et de ce fait, ils font l’objet de toutes les attentions avec une  demande  de fabrication  qui a explosé depuis le début de la pandémie du Coronavirus. « Il y a eu pas moins de 37 nouvelles licences pour la fabrication du gel hydro-alcoolique entre mars et avril » indique le Dr Belmahi Mohamed Habib chef de service toxicologie au CHU de Constantine chargé du contrôle de conformité  de ces produits avant la  commercialisation et ce, sur réquisition de la Direction du commerce qui exige le certificat de conformité pour le test d’irritation cutanée.

Le Dr  Belmahi Mohamed Habib souligne que «50% des gels hydro-alcooliques commercialisés au niveau des magasins de cosmétique ne sont pas  entièrement conformes» d’ailleurs les différentes saisines opérées par les brigades mixtes dernièrement  l’attestent.

Le 11 avril dernier, près de 5000 flacons de gels  contrefaits ont été saisi à Hamma Bouziane à Constantine.  Le chef de service de toxicologie  explique les  gels fabriqués par les opérateurs locaux sont soumis à un contrôle rigoureux et que  le « la moitié des  gels reçus au niveau du laboratoire  pour contrôle de conformité se sont avérés non conformes de par leur composition ».

Il est à savoir que pour fabriquer ce gel, il faut de la glycérine, l’eau distillée, l’eau oxygénée H202 et l’alcool à 70°. « En analysant ces gels, nous avons trouvé que le degré d’alcool était inférieur à 70°, compris entre 45 et 50° et, à ce niveau, l’alcool n’a pas le pouvoir antibactérien voulu » et d’ajouter « Nous avons observé également dans certains cas l’absence de glycérine qui a été remplacée par des gélifiants non conformes ou de nature indéterminée.»

Souheila Betina

%d blogueurs aiment cette page :