fbpx

 

 

L’hiver n’est pas loin et on appréhende déjà la grippe saisonnière qui va se conjuguer au Covid-19 comme cela a été le cas au début de cette année pénible.

A cette période, on parle aussi du vaccin anti grippal qui, cette année, est différent de par sa composition. « La particularité du vaccin de cette année et que c’est un vaccin tétravalent, c’est-à-dire qu’il contient 4 souches » a indiqué Dr Abdelkrim Touahria, président de l’Ordre national des pharmaciens dans une interview à notre journal en ligne Esseha, expliquant que « cela veut dire qu’on est mieux protégé et c’est tant mieux pour la population algérienne ».

Il a relevé toutefois que la quantité attribuée aux pharmacies d’officine n’est pas suffisante et qu’il sera difficile de satisfaire la demande.

« Je suis moi-même pharmacien d’officine. Nous avons beaucoup de mal à gérer les quotas (…) que nous avons reçus cette année vu que la campagne de sensibilisation a été axée à l’endroit des personnes censées se faire vacciner, à savoir les malades chroniques, les personnes âgées, les femmes enceintes et même les enfants ».

Dr Touahria a déclaré que sur 1,8 million de vaccins importés par l’Institut Pasteur, une partie est distribuée aux structures de santé publique et une autre partie aux pharmacies d’officine, une quantité estimée « très insuffisante ».

« Avec cette quantité, nous ne pouvons malheureusement pas faire face au flux de personnes qui souhaitent se faire vacciner, d’autant plus que cette année il y a un engouement pour la vaccination anti grippale vu le contexte sanitaire que nous vivons avec cette pandémie de Coronavirus » a-t-il déploré avant d’ajouter : « Il faut savoir que les virus respiratoires sont des virus qui se propagent très vite cette saison avec le climat favorable de basses températures, donc les citoyens ont peur qu’en plus du risque d’attraper le Covid-19, ils contractent la grippe ce qui risque de compliquer leur état de santé ».

Nora L’intervenant a souligné que les pharmaciens ont quand même reçu des assurances de la part des autorités sanitaires quant à la distribution d’autres quotas aux officines « dans les jours à venir ».

En plus des personnes habituellement ciblées par les campagnes de vaccination contre la grippe (notamment les personnes âgées), Dr Touahria a affirmé que tous les citoyens peuvent se faire vacciner, à condition de ne pas être déjà malade.

« Il ne faut pas être contaminé par le virus de la grippe et ne pas avoir les symptômes de la maladie grippale ».

Il a ensuite abordé la problématique du remboursement de ce vaccin par la Sécurité Sociale, soulignant que « rien n’a changé par rapport aux années précédentes.

Les conditions sont les mêmes, il faut être âgée de 65 ans et plus ou être patient chronique et lorsque c’est le cas, il suffit de se présenter avec une prescription bien évidemment et sa carte Chifa, et là on peut avoir gratuitement le vaccin anti grippal au niveau des pharmacies d’officine ».

Dr Touahria n’a pas manqué d’appeler les citoyens à la prévention contre le Covid-19, les invitant à appliquer les gestes protecteurs qui sont « plus qu’indispensables ».

« Je fais un appel à tous les citoyens pour qu’ils respectent les mesures barrières qui restent valables pour la prévention contre la grippe, c’est-à-dire le port de masque qui doit être obligatoire, le respect de la distanciation physique et également l’hygiène, notamment le lavage des mains et, à défaut, l’utilisation du gel hydro alcoolique » a-t-il conclu.

Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :