Des recherches sur le traitement de l’Alzheimer ont abouti à une injection qui freine la progression de cette maladie

Enrayer l’évolution de l’Alzheimer, ce sera possible dans quelques années selon des scientifiques qui ont fait part de résultats jugés prometteurs à l’issue des recherches qu’ils ont menées dans ce contexte. C’est l’entreprise Biogen, une entreprise pharmaceutique américaine, qui a annoncé récemment cette bonne nouvelle à travers la présentation des résultats de ses travaux, des travaux qui ont abouti à l’élaboration d’une injection qui freine la progression de la maladie d’Alzheimer.

Cette injection, l’aducanumab, agit sur l’amyloïde dans le cerveau, selon ces chercheurs qui considère que cette découverte constitue une avancée porteuse d’espoir. Un des participants –avec ses patients– à cette recherche, le Canadien Louis Verret, a expliqué la survenance de cette pathologie, affirmant que « c’est un peu comme la rouille qui s’accumule dans le cerveau des patients et qui, à la longue, cause l’alzheimer ».

Bien évidemment, la maladie était à ses débuts chez les patients qui y ont participé, alors que l’amyloïde était peu présente dans le cerveau. « C’est une avancée majeure. C’est la première fois qu’on a une étude qui démontre autant de résultats positifs », a estimé Dr Louis Verret (codirecteur de la Clinique interdisciplinaire de Mémoire de Québec), précisant que « la mémoire s’améliore chez les patients dans les tests objectifs, l’impression des évaluateurs est positive pour les patients qui ont été traités.

Au niveau fonctionnel, ces patients-là s’améliorent dans la vie de tous les jours ». Pour un autre participant, le Dr Robert Jr Laforce (chercheur à la Clinique interdisciplinaire de mémoire de Québec), « c’est une journée extraordinaire ». C’est un grand pas que la science vient de franchir alors que, a-t-il déploré, « ça fait 30 ans qu’il ne se passe pas grand-chose dans la maladie d’Alzheimer, ça fait des milliards de dollars qui sont investis sur des études pour mieux traiter cette maladie ». L’issue fait donc naître l’optimisme quant à la prise en charge des personnes atteinte d’Alzheimer. « C’est clair que ça ravive la lueur d’espoir » a souligné ce même participant.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :