Dégâts collatéraux incommensurables

Outre les dégâts énormes enregistrés dans le secteur économique dus notamment à l’arrêt de la production dans nombre d’usines dans les pays touchés par l’épidémie et le blocage par conséquent des échanges commerciaux avec les autres pays, le coronavirus a fini par avoir des répercussions négatives dans tous les secteurs et les domaines d’activité.

Dans le secteur économique, la Chine reste le pays le plus perdant, affirme-t-on, avec des milliards de dollars de pertes.

La directrice du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a averti récemment que l’épidémie de coronavirus « pourrait mettre en péril la reprise » mondiale. Elle a fait savoir, à ce propos, que le FMI a déjà abaissé de 0,4 point sa prévision de croissance pour la Chine en 2020, à 5,6%. « La Chine étant la deuxième économie mondiale, ce repli devrait coûter 0,1 point de croissance au PIB planétaire », a-t-elle dit.

Au japon, l’indice Nikkei de la Bourse de Tokyo dégringolait de plus de 4% mardi matin à l’ouverture, première séance d’une semaine qui a débuté par une nette accélération mondiale de l’épidémie du coronavirus, ce qui a fait chuter les places mondiales lundi, jour férié au Japon.

Le secteur des transports est peut-être le deuxième secteur qui en a subi le plus de pertes. En effet, de nombreux pays ont procédé à la suspension des vols et des voyages via la mer de et vers les pays touchés.

Les domaines de sport, du tourisme et de la culture ont tous subi des répercussions en raison de la maladie de coronavirus. En effet, plusieurs compétitions sportives et évènements culturels ont été annulés ou reportés.

 

Tinhinane. B

%d blogueurs aiment cette page :