fbpx

Décès du professeur Merouane Boukrissa du Chuo emporté par la Covid-19

« C’est une grande perte, pour l’ensemble du secteur de la santé, pour sa famille et pour tous ceux qui l’on connut et côtoyé, nous somme sous le choc de sa disparition même si l’on savait qu’il luttait depuis un moment contre le virus Covid-19 » . C’est en ces termes que nombre de professeurs Hospitalo-Universitaire du Chu Benzerdjeb d’Oran (CHUO), témoignent à chaud après l’annonce du décès ce matin de leur collègue Merouane Boukrissa, chef d’unité au service des Urgences Médico-chirurgicale (UMC) du Chuo.

Ce dernier avait contracté le virus, nous a-t-on expliqué, 3 jours avant l’Aïd El Adha, soit le 28 juillet et depuis quelques jours son état s’était aggravé, à l’EHU 1er novembre où il avait été transféré. Agé de 51 ans père de 2 enfants le défunt très apprécié par l’ensemble du corps médical, était chef de service d’unité au service des Urgences Médico-chirurgicale (UMC) du Chu d’Oran, depuis novembre 2019.

Il était également membre de la faculté de médecine d’Oran et du groupe de recherche en anthropologie de la santé à Oran et reconnus pour son sérieux son engagement pour son service et les malades. Il était aussi très apprécié par les paramédicaux et surtout les internes et les résidents. Ces derniers qui ont travaillé avec lui témoignent de son professionnalisme «sévère mais aussi bienveillant et engagé pour les malades et le service».

Beaucoup disent que c’est une grande perte alors qu’il a formé des générations de médecins.
« Tant qu’il a pu il a tenu à venir au service il disait je ne peux pas abandonner mes équipes et les malades « dit encore de lui une autre chef de service très émues.
La dépouille du défunt a été amené, vers les 13h, aux UMC, où il exerçait pour que tous le personnel soignant et ses collègues, les responsables l’hôpital puisse lui rendre un dernier hommage, qui a été très émouvant et poignant.
A Oran pour rappel, ce sont en tout 167 membres du secteur de la santé et y compris des personnels administratifs qui ont été contaminé par la Covid-19, c’est le second décès enregistré après celui d’un ambulancier de la maternité Nouar Fadela.

d’Oran, Driss Mokkadem