Covid-19 : relâchement des comportements préventifs à Constantine

«Cette décision de déconfinement ne veut pas dire la fin de l’épidémie et les recommandations médicales doivent toujours être respectées par les citoyens» déclare le Dr Choubeila Guetteche, maitre assistante en réanimation médicale au CHU Ibn Badis de Constantine.

La spécialiste estime que le danger en cette période de déconfinement se pose pour les porteurs du virus qui ne présentent pas des symptômes. « Ces personnes peuvent sans le savoir transmettre le virus à d’autres, susceptibles, quant à elles, de développer une forme clinique parfois grave, de la maladie » a t-elle indiqué.

Dans ses explications à Esseha, Dr Choubeila Guetteche, insistera sur la nécessité de porter un masque, se laver les mains régulièrement et garder une distance avec toutes les personnes qu’on rencontre pour briser la chaine de l’épidémie de Covid- 19, en l’absence de vaccin.

Au deuxième jour de la réouverture des restaurants, des cafés, des espaces de détente et des mosquées, qui devrait s’accompagner de la mise en place de plusieurs mesures sanitaires, l’on constate un relâchement total de la population au moment où ils étaient censés respecter les gestes barrières afin d’éviter la propagation du Covid-19.

Sur le terrain l’on constate que ces règles ne sont pas toujours respectées, soit par les clients ou par les commerçants. Des tables rapprochées, des clients collés-serrés dans les magasins et le non-respect de la distanciation physique dans les marchés des fruits et des légumes.

En effet, le port du masque rendu obligatoire et l’observation de la distanciation dans l’espace public sont un fait rare. Masque de protection au montant ou au poignet, des groupes de jeunes collés les uns aux autres sans bavettes et des clients en nombre important au niveau des centres commerciaux, des magasins des vêtements et des superettes de plus en plus bondés, notamment au centre-ville et à la nouvelle ville Ali Mendjeli.

Des comportements irresponsables de la part des citoyens, alors que le virus est encore actif et continu à affecter plus de 400 personnes au quotidien, selon le bilan du ministère de la santé.

De Constantine, Souheila BETINA

%d blogueurs aiment cette page :