fbpx

Covid-19 : Quand la prudence des uns se heurte à l’inconscience des autres

 

Le virus du Covid-19 est encore présent et nous devons être de plus en plus vigilants. Certains pays sont en prise avec une forte progression de cas et un nombre très élevé de décès après une certaine accalmie, et cela devrait nous interpeller.

Il est vrai qu’on est plus prudent qu’au début de la pandémie, le port de bavette s’est quasiment généralisé tout comme l’usage du gel hydro alcoolique. On évite de se rapprocher trop les uns des autres, et comme les Algériens sont chaleureux, on se salue tout de même mais tout au plus avec le coude.

Mais force est de constater qu’il existe encore beaucoup de personnes qui font de la négligence leur spécificité, hasardeux dans leur comportement.

Nous les voyons avec stupéfaction se faire des accolades et des bises, comme si le Covid-19 est juste un cauchemar chez certains, nous voyons des rassemblements d’élèves et de parents aux abords des établissements scolaires, et le plus alarmant ce sont ces bus qui font le plein de passagers avant de démarrer.

Il n’est plus question depuis un certain moment de laisser un siège vide à coté de chaque passager, les transporteurs poussent la limite de l’inconscience jusqu’à embourrer l’allée entre les sièges, comme ils faisaient avant cette pandémie de nouveau Coronavirus. Le comble, c’est qu’ils ont la latitude de circuler ainsi sans être inquiétés en cours de route.

Nous ne parlons pas ici uniquement des transporteurs privés, mais aussi des moyens de transport du secteur public.

Les bus sont remplis, tous les sièges sont occupés. Nous pouvons dire que l’inconséquence se situe des deux côtés (transporteurs et passagers), mais il faut tout de même reconnaître que l’insuffisance des moyens de transport (ainsi qu’une gestion aléatoire des lignes de desserte) est telle que beaucoup choisissent cette contrainte à une longue attente dans les arrêts.

Quant à la désinfection des sièges et des barres de maintien, il s’agit là d’une utopie. Il va sans dire que l’appréhension est grande quant à une possible recrudescence des cas en raison du non-respect des mesures de sécurité dans les transports, d’autant plus qu’on doit se serrer les uns contre les autres durant un trajet.

Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :