Covid-19 : le collectif des anciens professeurs du CHU de Constantine déplorent une situation de crise

« Notre CHU où nous avions passé la majeure partie de notre vie est un établissement à reformer, indécent pour y pratiquer et inhumain pour recevoir des malades. Un CHU sans oxygène, sans sanitaires, très insuffisant en personnel d’entretien et beaucoup d’autres défaillances .Ce n’est là que la conséquence de la gestion désastreuse du secteur pendant plusieurs décennies» a indiqué le Pr Yacine Kitouni dans son rapport effectué sur la situation du CHU Ibn Badis de Constantine.
Au nom du collectif des anciens professeurs du CHUC, le praticien dénonce les conditions de travail déplorable et le manque de moyens en cette période de pandémie du coronavirus, pour préserver leur dignité et celle des malades. En effet, cette crise sanitaire du Covid-19 a levé le voile sur la mauvaise gestion du CHU Ben Badis qui compte 5 000 travailleurs et plus de 40 services. « Ces conditions de travail affligeantes, voilà qu’est venue se greffer une ambiance jamais égalée de méfiance et d’agressivité entre les confrères. Ajourant à cela nos inquiétudes par rapport aux difficultés et risques rencontrés dans l’exercice quotidien de l’ensemble de nos confrères quant à la prise en charge des patients covid-19 » précise le Professeur Kitouni dans son rapport. Ajoutant que les praticiens de la santé exerçants au CHU Ibn Badis doivent accorder la plus haute priorité à tout ce que qu’ils peuvent faire pour la consolidation de la prise en charge des soins, protéger la vie des patients et réduire le risque de contamination.

Pour le collectif des anciens professeurs du CHUC, le manque de coordination et de communication entre les praticiens de la santé complique la situation au sein de l’établissement hospitalier et aussi avec les autres secteurs impliqués dans cette riposte à la pandémie. Face à cette situation qui persiste depuis des mois, les responsables de la santé de la wilaya de Constantine gardent le silence. Et pour cela les anciens professeurs du CHUC proposent une réorganisation du circuit de l’accueil et de l’hospitalisation des patients Covid-19 et la logistique humaine et matérielle en urgence. D’autre part, pour régler la problématique du flux il est indispensable d’intégrer les autres intervenants les EPSP et les EHS. « L’essentiel pour nous reste la sécurité des soignants et la prise en charge des patients. En ces temps d’incertitudes et d’angoisse, il faut déstresser l’ambiance et s’armer de cette ressource d’énergie qui est en nous et qui nous a longtemps aidés à surmonter les temps difficiles » conclu-t-il.

De Constantine, Souheila BETINA

%d blogueurs aiment cette page :