Couverture sanitaire : Universelle devra doubler d’ici à 2030

La couverture sanitaire devra doubler au niveau mondial d’ici à 2030, et les pays doivent consacrer au moins 1 % supplémentaire de leur produit intérieur brut (PIB) aux soins de santé primaires, pour que les cibles fixées en 2015 dans le domaine de la santé soient atteintes, au niveau mondial, selon l’OMS.
« Les pays doivent également redoubler d’efforts pour étendre les services à l’échelle nationale,a indiqué un nouveau rapport publié par l’OMS et ses partenaires à la veille de la Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la couverture sanitaire universelle.
Le rapport sur le suivi de la couverture sanitaire universelle souligne que  » la couverture sanitaire devra doubler au niveau mondial d’ici à 2030 et signale que si la tendance actuelle se poursuit, jusqu’à cinq milliards de personnes n’auront toujours pas accès aux soins de santé en 2030, année butoir que les dirigeants mondiaux ont fixée pour la réalisation de la couverture sanitaire universelle.
« Si nous voulons vraiment parvenir à la couverture sanitaire universelle et améliorer la vie des populations, nous devons vraiment mettre l’accent sur les soins de santé primaires. Cela signifie qu’il faut proposer des services de santé essentiels, comme la vaccination, les soins prénatals et les conseils pour un mode de vie sain le plus près possible de là où habitent les gens et veiller à ce que les usagers n’aient pas à payer eux-mêmes les soins « , dit le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.
Investir US $200 milliards supplémentaires par an pour augmenter l’offre de soins de santé primaires dans les pays à revenu faible ou intermédiaire permettrait de sauver 60 millions de vies, d’allonger de 3,7 ans l’espérance de vie moyenne d’ici à 2030, et participerait considérablement au développement socioéconomique.
Cela représenterait une augmentation de 3% par rapport aux US $7500 milliards consacrés à la santé chaque année dans le monde. La plus grande partie de ce financement devrait venir des , ajoute le même document.
Les pays doivent aussi s’efforcer à nouveau d’étendre la couverture des services à l’échelle nationale. La couverture augmente régulièrement depuis 2000 mais on constate un ralentissement ces dernières années. C’est dans les pays à revenu faible que la couverture a principalement augmenté, mais ceux-ci accusent encore un retard. C’est dans les pays les plus pauvres et les pays en conflit que les lacunes sont les plus importantes.
« Les investissements en faveur des soins de santé sont actuellement insuffisants dans la plupart des pays », selon le meme rapport.

Nouhad Ourebzani