fbpx

Coronavirus : Mieux vaut se laver les mains que porter un masque non ajusté

Avec l’avènement du covid-19, le port de masque de type chirurgical était  conseillé́ en cas de symptômes mais, il est de  plus en plus répandu depuis plusieurs jours en raison des recommandations  des  autorités sanitaires qui le conseillent dans les espaces publics pour toute la population.                              « C’est un virus qui se transmet par les gouttelettes (sécrétions projetées invisibles lors d’une discussion, d’éternuements ou de la toux) et par contact étroit, plusieurs personnes  sont atteintes et ne présentent pas encore de symptômes et s’ils portent un masque cela peut empêcher la contagion à  d’autres individus » s’attèlent à expliquer  les spécialistes.                                   « Cette mesure de porter les masques ne peut avoir un impact épidémiologique sur la propagation du virus que si tout individu s’astreint à l’appliquer dès qu’il sort de son domicile » précise Dr Ancer Hayet. Par ailleurs, elle évoque les risques d’un masque mal ajusté, lorsqu’on touche le visage en l’enlevant ou en le mettant.

Pourquoi porter un masque ?

« Pour limiter la propagation du virus il est nécessaire de porter un masque lors des déplacements. Un dispositif qui empêche la projection des goulettes ou des postillons pour son  porteur, qu’il s’agisse du masque chirurgical ou de fabrication artisanale», nous dit-on. En effet, selon des recherches effectuées aux États Unis, les pays où le port du masque est obligatoire comme c’est le cas en Corée du Sud, la chine et le Japon , le taux de croissance du virus et des décès est moins important par rapport au pays où le masque n’est pas obligatoire comme en Italie. Mais face à la pénurie des masques chirurgicaux et FFP2- qui  sont distribués aux personnels soignants dans les structures hospitalières où le port de masque est obligatoire- des médecins proposent la fabrication de masques maison.

Comment fabriquer son propre masque?

« On peut porter un masque en tissu pour sortir notamment dans les lieux publics ». Pour ce faire, il suffit de deux morceaux de tissu de préférence polypropylène mais du coton peut être utilisé d’au moins 20cm sur 21cm. Les deux morceaux doivent être de couleur différente pour ne pas confondre l’extérieur et l’intérieur du masque et de le porter le même coté. A cela, ajouter 4 rubans de 50cm de long et éviter l’élastique qui ne résiste pas au lavage de 90C. Plier les deux morceaux en accordéon et placer aux extrémités les rubans et les coudre pour qu’ils tiennent. L’avantage de ces masques fait à la maison est qu’il est réutilisable à condition de les stériliser avant chaque utilisation en les lavant à 90C.                                               La problématique demeure toujours  la mauvaise utilisation soit pour les mettre ou pour les retirer. « J’ai remarqué́ beaucoup de personnes poser leur masque sur leur menton ; puis le glisser à nouveau sur le nez  en touchant leur visage. Pire, le soulever pour fumer ou téléphoner. Dans ces cas où les gens ne respectent pas la procédure pour éviter la contamination, l’utilisation du masque et pire que de ne pas le porter » indique Dr Benkhefa Miloud généraliste.

Comment utiliser et désinfecter son masque en tissu?

« Le masque n’est efficace que s’il est associé à un lavage des mains fréquent à l’eau et au savon ou un gel hydro-alcoolique », indique Dr Belmahi Mohamed Habib qui insiste sur le lavage fréquent des mains  avec l’eau et le savon.  Le masque doit couvrir intégralement le nez, la bouche et le menton. Pour préserver  son  efficacité́, il ne doit pas être porté plus de quatre heures au risque de devenir trop humide. Notons qu’il faut éviter de  trop le manipuler  et à chaque fois qu’on le fait,  on doit se laver les mains. Pour le retirer, il faut l’enlever par dernière, ne jamais le toucher par devant et se laver les mains encore une fois. Pour ce qui est de l’entretien du masque en tissu,  il faut le stériliser avant chaque utilisation en le lavant à 90° soit en machine ou le faire bouillir  sinon en utilisant un fer à repasser.

Souheila BETINA