Coronavirus : les cas dépistés positifs et les sujets contacts hébergés dans des hôtels

Les cas dépistés positifs au Covid-19, sans signes de gravité, ainsi que les personnes ayant été en contact étroit avec ces derniers, seront hébergés dans des hôtels, lorsque les hôpitaux ne seraient plus en mesure de prendre en charge tous les cas infectés, et ce à travers tout le territoire national, a fait savoir le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid  qualifiant cette démarche de « solution idoine pour endiguer la propagation du virus ».

Pour M. Benbouzid, l’hébergement de ces cas « permet de mieux les contrôler et de s’assurer qu’ils ne contamineront personne », vu le contrôle strict auquel ils sont soumis dans ces structures, soulignant que le « nombre de personnes infectées sera revu à la hausse à travers différentes wilayas dans les prochains jours ».

Tris cellules installées par le ministère travaillent d’arrache-pied 24h sur 24 et collectent les données en temps réel de toutes les régions du pays, a-t-il ajouté soulignant que cette méthode numérique avait beaucoup aidé le ministère dans sa gestion de la crise.

Cette pandémie mondiale « a mis à nu les défaillances du secteur », a souligné Pr. Benbouzid, s’engageant à revoir le système de santé et à y opérer une réforme « profonde » à l’avenir.

S’agissant de la gestion des Urgences médicales à travers tout le territoire national, le premier responsable du secteur a déploré une mauvaise gestion des transferts de patients entre établissements sanitaires, notant qu’il est « inadmissible » d’opter pour un transfert au moment où très peu de lits sont occupés. Il a déploré également le comportement de certains membres du corps médical, ajoutant que les exemples en la matière dénotent un « désastre » dans certains établissements de santé.

« Il semblerait que la transparence dans le travail déplaise à certains médecins », notamment en ce qui concerne la numérotation des services, pis encore « certains ne daignent même pas se conformer aux décisions de l’Administration centrale », ce qui influe négativement sur la qualité du service prodigué au citoyen, a-t-il fait remarquer.

 

Nouhad ourabzani