fbpx

Contribution du Vendredi : Acouphène, un bruit insupportable

 

Un acouphène se définit comme la perception d’un bruit, d’un son que seule la personne atteinte peut entendre et qui n’a aucun lien avec un bruit extérieur. Il est ressenti comme un bourdonnement, des pulsations ou des sifflements.
L’acouphène est à l’origine d’insomnie, d’anxiété, parfois de dépression et de troubles de la concentration. L’acouphène peut être de courte durée mais il peut aussi persister pendant longtemps et ainsi devenir chronique.
Les acouphènes, fréquents après 50 ans, sont présents chez environ 15% de la population dont la plupart(95%)sont subjectifs chroniques(non provoqués) et le reste(5%) provoqué souvent par une cause vasculaire .

  1. Acouphéne Subjectif ou Acouphène Neurosensoriel Idiopathique Chronique :Il est souvent associé à une hypoacousie de perception(diminution de l’audition).Ce type d’acouphène, qui peut parfois être sévère, est pris en charge par un médecin ORL.De nombreux facteurs peuvent favoriser ou aggraver ce genre d’acouphène :un stress, de l’anxiété, une dysfonction hormonale, certains médicaments(aspirine, antidépresseurs, bêtabloquants, pilule contraceptive),une hypertension artérielle, une musique trop forte de plus de 85 décibels,une arthrose cervicale, la maladie de Ménière avec ses accès vertigineux. Ces acouphènes sont liés à une certaine perte d’audition qui provoque une réaction excessive de la zone auditive du cerveau lequel crée des sons imaginaires(sons fantômes).Ainsi, aucun traitement spécifique ne peut guérir définitivement ce type d’acouphène. Néanmoins, une prise en charge adaptée permet une atténuation de l’acouphène. D’abord un soutien psychologique assurant le patient que l’acouphène est bénin et qu’il ne sera pas à l’origine d’une surdité. Les anxiolytiques seront prescrits sur une courte durée.
    Une thérapeutique est souvent proposée et peut s’avérer efficace. Il s’agit de la thérapie auditive d’habituation (Tinnitus Retraining Therapy) qui utilise un appareil acoustique(une prothèse masquant l’acouphène) qui produit un bruit de fond,un son blanc, plaisant et permanent comme celui d’un courant d’eau ou de la pluie, permettant de masquer l’acouphène. Ce bruit généré sera un peu plus fort que celui de l’acouphène quand il y a une perte de l’audition ou moins fort dans le cas contraire. Le cerveau s’adapte pour que seul le son plaisant soit entendu.
    La stimulation électrique et magnétique des zones auditives cérébrales, la kinésithérapie et la thérapie cognitive comportementale peuvent s’avérer utiles.
  2.  Acouphénes Objectifs :Ce sont des bruits réels, de forte intensité provenant du corps du patient(battements du cœur, souffle produit par une artère cervicale rétrécie …).Parfois, un acouphène objectif peut être causé par une otite, un bouchon de cérumen et des troubles de l’articulation de la mâchoire. Un neurinome de l’acoustique est aussi incriminé dans l’étiologie d’un acouphène objectif. Néanmoins, le plus souvent les acouphènes objectifs sont pulsatiles et secondaires à des anomalies vasculaires. Le patient entend les battements de son cœur dans son oreille. Rarement,cet acouphène peut être en relation avec un anévrisme ou une sténose carotidienne lesquels seront détectés par un echodoppler.Le plus souvent les acouphènes pulsatiles sont liés à une lésion du sinus latéral qui est tout proche de la cochlée :une sténose du sinus veineux latéral ou une fistule artérioveineuse durale du sinus latéral.Ces anomalies seront suspectées par la disparition de l’acouphène lors de la compression de la veine jugulaire interne du même côté alors que son intensité augmente lors de la compression de la veine jugulaire controlatérale. Le diagnostic de certitude fait appel à l’IRM cérébrale vasculaire(comprenant un temps de vol 3D tof )explorant toutes les artères et combiné à une AngioRM veineuse pour l’exploration des sinus duraux. La fistule artérioveineuse durale sera traitée par une embolisation. La sténose du sinus dural sera traitée par la mise en place d’un stent par voie endovasculaire. Ces traitements permettent constamment la disparition de l’acouphène pulsatile

 

CONCLUSION :
Le traitement complet de la cause d’un acouphène objectif est souvent efficace. En revanche, un acouphène subjectif ne disparait jamais totalement. Il sera grandement atténué par un soutien psychologique et des méthodes d’habituation dont l’utilisation d’un générateur de son masquant l’acouphène.

Professeur Bouayed Mohamed Nadjib, spécialiste en chirurgie vasculaire et endovasculaire, médecine vasculaire et échodoppler.

-Ancien Chef de service de chirurgie vasculaire à l’hopital d’Oran.

-Membre de l’Académie Française de Chirurgie

-Président de l’Association de Chirurgie Vasculaire d’Oran (ACVO)

 

%d blogueurs aiment cette page :