« Comment j’ai eu mon impétigo »

« J’avais vaguement entendu parler de l’impétigo, pensant qu’il s’agissait d’une affection anodine mais je n’ai découvert la gravité de cette maladie de la peau que lorsque je l’ai contractée. Comment je l’ai eu ? De façon tout à fait banale. Nous étions en plein mois d’août, il faisait chaud et j’ai décidé d’apporter un peu de fraîcheur mais surtout de propreté à mon environnement en nettoyant les escaliers de mon immeuble, la cage d’escalier et même l’extérieur. Armée d’une grande dose de bonne volonté mais surtout munie d’une paire de gants ménagers, je suis sortie avec mon bidon et mon balai pour une grande opération de volontariat. Mal m’en prit. Après près de deux bonnes heures de nettoyage et une grande satisfaction, je suis rentrée à la maison pour prendre une douche. En enlevant mes gants, je me suis rendue compte que lorsque je nettoyais dehors, de l’eau de lavage avait été en contact avec ma peau. Je commençais à avoir des picotements au niveau des mains et des avant-bras. Je me suis bien lavée et séchée, pensant que ça allait passer. Mais au fur et à mesure que les heures passaient, l’état de mes membres empirait. J’avais des boutons tous rouges qui démangeaient énormément. J’avais les avant-bras en feu et enflammés à force de me gratter jusqu’au sang. J’ai donc été voir un médecin qui m’a prescrit des corticoïdes en pommade et un antihistaminique. Le traitement mettait du temps à agir, je suis retournée le voir car j’avais toujours des démangeaisons insupportables et des boutons disgracieux. Il m’a changé de traitement et je commençais enfin à voir une petite amélioration. Mais voilà, j’avais gratté un peu trop l’un de mes boutons et au bout de quelques jours, une grande auréole rouge, suintante était apparue sur le dos de ma main. Je suis allée voir un dermato qui m’a dit qu’il s’agissait qu’un impétigo et qu’il fallait sans plus tarder l’attaquer avec un traitement antibiotique. J’en suis à ma troisième semaine d’antibiotiques (application locale) et même si le chemin de guérison est bien entamé, je n’en suis pas encore entièrement débarrassée. Mon conseil est que, même lorsque vous vous attaquez aux tâches ménagères les plus anodines, veillez à le faire en toute sécurité ».
Kamir B.

%d blogueurs aiment cette page :