fbpx

Colloque national sur la gestion des déchets hospitaliers : 175 000 tonnes rejetés à travers le pays par an

Environ 175 000 tonnes de déchets hospitaliers sont rejetés chaque année, à travers le pays, a révélé mercredi le président de l’association nationale pour la protection de l’environnement et la lutte contre la pollution (ANPEP), Ali Halimi, et ce en marge d’un colloque national sur la gestion des déchets hospitaliers

  1. Halimi a affirmé que cette quantité de déchets spéciaux est stockée annuellement par des établissements relevant du secteur de la santé, publics et privés, ainsi que les divers laboratoires d’analyses médicales et des citoyens.

De son côté, le président de l’ANPEP a fait savoir que ces déchets spéciaux sont « gérés de manière aléatoire, indépendamment des normes scientifiques et légales », ce qui constitue, selon lui, un problème pouvant se traduire par un réel danger pour la santé publique.

Dans ce contexte, M. Halimi a appelé à la création d’entreprises spécifiques pour gérer les déchets hospitaliers de manière à ce qu’ils ne deviennent pas une menace pour la santé publique.

De son côté, Dr. Mohamed Tahar Aissani, spécialiste en diagnostic des maladies, formateur à l’environnement et responsable de la santé et de l’environnement de l’ANPEP, a mis l’accent dans son intervention intitulée « Le danger des déchets hospitaliers pour l’environnement et la santé » sur les risques que représentent les produits pharmaceutiques périmés.

Ce spécialiste a aussi fait état de l’importance de sensibiliser les citoyens pour qu’ils remettent les médicaments périmés et entamés à des pharmaciens agrées et habilités à collecter et stocker les déchets hospitaliers.

Pour sa part, le Dr Aissani a déclaré que « l’élimination de ces médicaments se déroule actuellement de manière hasardeuse, exhortant en particulier les pharmaciens à signer des contrats avec des entreprises privées spécialisées chargées de la destruction de ce type de déchets spéciaux ».

 

F.Z.Achour