Chute de cheveux : Nombreux sont les facteurs déclenchants

La hantise de tout un chacun quant à l’aspect esthétique, que l’on soit homme ou femme, est la perte des cheveux. On multiplie les astuces et les remèdes, aussi bien traditionnels que conventionnels, pour retrouver une chevelure abondante avec plus ou moins de bonheur. A l’origine,  quelquefois, des affections dermatologiques –contagieuses et non contagieuses-  qui favorisent la chute, tels que la dermatite séborrhéique, le psoriasis du cuir chevelu, Le lupus érythémateux chronique, la teigne, l’impétigo, le folliculite, l’effluvium telogène…  Il faut savoir qu’on perd ses cheveux pour de nombreuses autres raisons qui rendent caduques les traitements capillaires. Le dermatologue se retrouve alors impuissant face à une chute incontrôlable, d’où la nécessité d’explorer d’autres pistes afin de déceler les facteurs psychosomatiques ou organiques. Une carence en vitamines peut déclencher une chute de cheveux à l’exemple des maladies métaboliques ou des dysfonctionnements de la thyroïde, ainsi que la prise de certains traitements. Effet secondaire de médicaments comme les antifongiques (contre les champignons), les interférons (traitements anticancéreux et antiviraux) et les immunodépresseurs (traitant les affections en rhumatologie et en dermatologie), et plus rarement lors de traitement par anticoagulants (cardiologie), lors de la prise d’antidépresseurs, de traitement hormonaux. Il va sans dire que le stress et l’angoisse ont un rôle important dans la perturbation du cycle pilaire tout comme le choc émotionnel (deuil, séparation, échec…). Le traitement relève donc de l’origine de la chute de cheveux, en connaitre la cause c’est trouver le remède.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :