Cas de rougeole enregistrés dans plusieurs wilayas : Le ministère de la Santé rassure

  • Durant ces dernières 72 heures, 16 cas suspects de rougeole ont été enregistrés dans la daïra
    de Merouana. Bien qu’il attende les résultats des prélèvements sanguins, envoyés pour
    analyse à l’Institut Pasteur (Alger) pour confirmer ou infirmer l’existence effective de cas de
    rougeole dans la wilaya, le chef du service prévention à la direction de la santé de la wilaya de
    Batna, Abdelhakim Darnouni, a fait savoir que des actions de vaccination des membres de la
    famille et de l’entourage des cas suspectés ont, d’ores et déjà été entreprises.
    Face à cette situation d’urgence, une commission ministérielle composée de spécialistes s’est
    rendue jeudi dernier à Batna afin de se rendre compte sur place des conditions de prise en
    charge des malades.
    Il faut savoir que suiteà l’apparition, ces derniers jours, de cas de rougeole dans certaines
    wilaya du pays, le ministère de la santé et de la réforme hospitalière avait fait savoir, dans un
    communiqué publié mercredi dernier que, bien qu’il s’agisse de « cas sporadiques », toutes
    les mesures préventives avaient été prises afin d’éviter l’apparition d’autres cas
    « conformément au dispositif en vigueur dans le plan national de surveillance au cas par cas
    de rougeole ».
    Selon le communiqué du ministère, ces mesures préventives consistent en « la notification
    immédiate de tout cas suspect de rougeole, la prise en charge médicale de tous les cas
    suspects, l’hospitalisation des cas compliqués, la réalisation de l’enquête épidémiologique
    autour des cas suspects, la confirmation sérologique des cas suspects, l’organisation d’une
    campagne de vaccination ciblant l’entourage des cas, ceci quel que soit le statut vaccinal ».
    Tout en insistant sur le fait que « la rougeole, bien qu’elle soit une maladie bénigne, reste à
    très haut risque avec de graves complications pouvant entraîner le décès quand elle touche les
    nourrissons non encore éligibles à la vaccination, les enfants non vaccinés et les enfants
    immunodéprimés », le communiqué précise que « la meilleure protection contre la rougeole
    qui est considérée comme la plus contagieuse des maladies infantiles ».
    A ce titre, des campagnes de vaccination sont régulièrement initiées à travers les structures
    sanitaires et hospitalières du pays (plus de 650 000 personnes ont été vaccinées contre le virus
    de la rougeole durant cette année). Malgré cela, des cas continuent d’être enregistrés, surtout
    dans les régions du sud. On se rappelle de la vingtaine de cas dont un décès qui avaient été
    enregistrés dans la wilaya d’El Bayadh, entre mi-août et début septembre derniers.
    Selon le ministre de la santé, cela est dû « à la réticence des parents à faire vacciner leurs
    enfants en raison des rumeurs, relayées notamment sur les réseaux sociaux et par certains
    titres de presse » concernant l’inefficacité du vaccin acquis par les autorités.
    Bien qu’elle soit » l’une des causes importantes de décès du jeune enfant à travers le monde »
    selon l’OMS, des campagnes de vaccination antirougeoleuse, effectuées entre 2000 et 2016
    ont « évité 20,4 millions de décès, faisant de ce vaccin le meilleur investissement dans la
    santé publique. Le nombre de décès à l’échelle mondiale a diminué de 84%, passant de
    550 100 en 2000 à 89 780 en 2016 ».

Virus de la famille des paramyxoviridés, appelé virus rougeoleux, la rougeole débute, en
général, par une « forte fièvre qui apparaît environ 10 à 12 jours après l’exposition au virus et
persiste 4 à 7 jours. Au cours de ce stade initial, le tableau peut comporter une rhinorrhée (nez
qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants, et de petits points blanchâtres sur la face
interne des joues. L’éruption apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et
le haut du cou. En 3 jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle
persiste 5 à 6 jours avant de disparaître. On l’observe en moyenne 14 jours après l’exposition
au virus, dans un intervalle de 7 à 18 jours ».
Cette maladie très contagieuse se propage « lorsque les malades toussent ou éternuent, par le
contact rapproché entre personnes ou par le contact direct avec des sécrétions nasales ou
laryngées. Le virus reste actif et contagieux dans l’air ou sur les surfaces contaminées pendant
2 heures. Les porteurs du virus peuvent le transmettre pendant les 4 jours qui précèdent
l’apparition de l’éruption cutanée et les 4 jours qui suivent ».
En cas de rougeole, et en l’absence d’un traitement antiviral spécifique, seule une prise en
charge clinique permet d’éviter les complications graves de la rougeole. Aussi, le vaccin reste
la meilleure prévention.
Kamir B
%d blogueurs aiment cette page :