Cancer du sein et des poumons : Bientôt un traitement sans chimiothérapie ?

Selon des études présentées dimanche 3 juin 2018 à la grande conférence annuelle sur le cancer à Chicago (ASCO), 70% des femmes ayant un cancer du sein pourraient éviter la chimiothérapie et ses très lourds effets secondaires.

Ainsi, de nombreux patients frappés par un cancer du sein ou du poumon pourraient éviter la chimiothérapie et ses effets secondaires insupportables.

Pour les femmes atteintes du cancer du sein, 70% d’entre elles peuvent éviter la chimiothérapie, en fonction des résultats d’un test génétique existant, et se contenter des médicaments hormonaux habituellement prescrits après une opération pour retirer la tumeur, selon ses études.

Pour les cancers du poumon, les mêmes études annoncent une prochaine ère où les patients verront leur tumeur analysée génétiquement. Si certaines mutations sont détectées, un médicament ciblant spécifiquement la tumeur pourra être prescrit. Autrement, le patient pourra dans la majorité des cas recevoir un traitement d’un nouveau type et en plein essor, l’immunothérapie.

La chimiothérapie, ce traitement immunologique, est toujours synonyme de nausées, perte de cheveux et autres effets secondaires induits par le traitement toxique. Quelques mois d’essais cliniques permettent aujourd’hui d’espérer un bouleversement dans le traitement du cancer du poumon.

Pour les femmes atteintes du cancer du sein et qui ont subi une ablation de la tumeur, l’étude internationale conduite auprès de 10.000 femmes a conclu qu’on pouvait limiter le recours à la chimiothérapie dans un grand nombre de cas.

Tinhinane B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :