Cancer de sein : Les taux faibles de survie sont enregistrés en Afrique

Bien que l’on considère le cancer du sein comme une maladie du monde développé, une majorité (69%) de l’ensemble des décès par l’effet de cette maladie surviennent dans les pays en développement, essentiellement en Afrique, selon les différentes études de cas menées sur le développement de la maladie dans le monde.

D’après un constat fait par l’organisation mondiale de la santé depuis quelques années, les taux d’incidence varient énormément dans le monde, les taux standardisés pour l’âge atteignant 99,4 pour 100 000 en Amérique du Nord. L’Europe orientale, l’Amérique du Sud, l’Afrique du Sud et l’Asie occidentale ont des taux d’incidence modérés, mais ceux-ci sont en hausse.

 Les taux d’incidence les plus faibles sont constatés dans la majeure partie des pays africains, mais là aussi les taux d’incidence du cancer du sein sont en hausse, fait remarquer l’organisation onusienne.

Les taux de survie au cancer du sein sont extrêmement variables d’un pays à l’autre, allant de 80% ou plus en Amérique du Nord, en Suède et au Japon à près de 60% dans les pays à revenu intermédiaire, et à moins de 40% dans les pays à faible revenu.

Les faibles taux de survie dans les pays moins développés, Africains notamment, peuvent s’expliquer essentiellement par l’absence de programmes de dépistage précoce, qui se traduit par une proportion élevée de femmes présentant une maladie à un stade avancé, ainsi que par l’absence d’infrastructures de diagnostic et de traitement appropriées, estiment les différentes conclusions d’études menées sous le parrainage de l’OMS.

Nora S.

%d blogueurs aiment cette page :