Cancer de la prostate : « Notre père est décédé six ans après un diagnostic tardif »

Il ne le savait pas, mais ses enfants le savaient. Les médecins lui ont détecté un cancer de la prostate et le vieux Mouloud, âgé de 72 ans, a été tenu éloigné de sa propre maladie par ses deux fils, « pour qu’il vive dans la quiétude » arguaient-ils. Avaient-ils raison ? Apparemment oui si l’on s’en tient aux quelques années que leur père a vécus sans angoisse mais cela reste leur appréciation. Hospitalisation et traitement se sont succédés pendant quelques mois, le vieil homme se portait mieux en dépit du stade assez avancé de son cancer. « Les médecins ont déploré le fait qu’il ait été diagnostiqué tardivement mais nous ont assuré que la maladie évolue lentement grâce au traitement ». Cela a été le cas. Le vieux Mouloud a passé six années durant lesquelles son cancer s’est développé jusqu’au stade final, provoquant un gonflement de la cuisse et de la jambe. « On ne lui donnait pourtant pas tant d’années à vivre » ont affirmé ses fils.

Nadia Rechoud

%d blogueurs aiment cette page :