fbpx

Cancer colorectal et viande rouge : Le lien établi par une nouvelle recherche

 

Dans une récente étude publiée cette semaine dans les colonnes de la revue scientifique Cancer Discovery, il a été formellement démontré que la viande rouge est cancérigène.

L’équipe de recherche du Dana-Farber Cancer Institute à Boston a, en effet, réussi à identifier « les caractéristiques spécifiques des dommages causés sur l’ADN par un régime alimentaire très riche en viande rouge (…) tout en permettant d’ouvrir la voie à la détection plus précoce de la maladie ou au développement de nouveaux traitements ».

Si de nombreuses études scientifiques ont, par le passé, réussi à établir un lien entre le cancer colorectal et la consommation de viandes rouges, en interrogeant les personnes atteintes de la maladie sur leurs habitudes alimentaires, aujourd’hui, de nouvelles données ont permis d’établir ce lien avec fermeté et ce, grâce au séquençage ADN de 900 patients atteints d’un cancer colorectal, choisis parmi un panel de 280.000 personnes -toutes saines au départ- participant à des études s’étendant sur plusieurs années.

Ainsi, les chercheurs ont découvert à travers les analyses effectuées, « une mutation spécifique, n’ayant jamais été identifiée auparavant, mais indiquant un type de mutation de l’ADN appelé alkylation. Toutes les cellules contenant ces mutations ne deviendront pas forcément cancéreuses, et elles étaient également présentes dans des échantillons sains ».

Selon le Dr Marios Giannakis, oncologue au Dana-Farber Cancer Institute, il s’agit d’une mutation associée de manière « significative à la consommation de viande rouge (à la fois transformée et non transformée) avant le déclenchement de la maladie. En revanche, elle ne l’était pas à la consommation de volaille, de poisson, ou d’autres facteurs examinés ».

« Si nous disons que la viande rouge est cancérigène, (…) il doit bien y avoir un mécanisme qui le provoque », a indiqué l’oncologue qui précise encore qu’« avec la viande rouge, il y a des composés chimiques qui peuvent causer une alkylation.

Il s’agit de composés pouvant être produits à partir de fer, très présent dans la viande rouge, ou de nitrates, que l’on trouve souvent dans la viande transformée », avant d’affirmer que « parmi les gènes les plus affectés par l’alkylation, se trouvent ceux qui selon de précédents travaux ont montré être les plus susceptibles de déclencher un cancer colorectal lorsqu’ils mutent. Ces différents éléments pris ensemble construisent un dossier solide, comme dans un travail de détective ».

L’étude précise que les patients qui avaient des tumeurs avec le plus haut niveau d’alkylation présentaient un risque de mortalité de 47 % et ces « hauts niveaux d’alkylation n’ont été constatés que dans les tumeurs de patients mangeant en moyenne plus de 150 grammes de viande rouge par jour ».

Cette nouvelle découverte devrait aider les médecins à « identifier quels patients sont davantage pré-disposés génétiquement à l’alkylation, afin de spécifiquement leur conseiller de limiter leur consommation de viande rouge. Et repérer les patients ayant déjà commencé à accumuler ces mutations pourrait aider à identifier ceux ayant le plus de risque de développer un tel cancer, ou de détecter très tôt la maladie ».

En dernier, le Dr Marios Giannakis, préconise « la modération » dans la consommation de viandes rouges « et un régime alimentaire équilibré ».

Synthèse Hassina Amrouni

%d blogueurs aiment cette page :