Baignade: attention au risque d’hydrocution

Une sortie à la mer ou à la piscine est un grand moment de détente. Mais la journée peut virer au cauchemar avec la survenue d’accidents.

Le principal danger qui guette les baigneurs, c’est l’hydrocution, en raison de la différence de température entre l’eau et le corps. En effet, quand il fait chaud, les vaisseaux sanguins situés sous la peau se dilatent pour favoriser la circulation périphérique permettant d’évacuer la chaleur. C’est la vasodilatation. Le rythme cardiaque augmente afin d’accélérer l’acheminement du sang vers la surface et donc le refroidissement.

En entrant rapidement dans l’eau froide, la peau se refroidit très vite et les vaisseaux se contractent brutalement. Du coup, le sang périphérique reflue vers l’intérieur du corps et provoque une augmentation de la pression artérielle. Pour lutter contre cette hypertension, le cœur ralentit, le cerveau se trouve moins irrigué, ne reçoit plus assez d’oxygène : c’est l’évanouissement.

Signes avant-coureurs

Quelques signes comme des maux de tête, des crampes ou de l’angoisse peuvent précéder l’hydrocution donc, devant l’apparition de l’un d’entre -eux, rapprochez-vous du bord et sortez de l’eau le plus vite possible. Pour éviter ce genre de malaise, entrez dans l’eau de manière progressive, notamment lorsque l’eau est froide et que vous êtes restés longtemps au soleil.

En cas d’hydrocution, que faire ?

Face à une hydrocution ou tout autre malaise dans l’eau, il est indispensable de faire sortir la victime sur la terre ferme et ensuite alerter les équipes de secours les plus proches (maîtres-nageurs, pompiers).

Devant toute perte de connaissance, vérifiez que la victime respire. Dans ce cas, après avoir basculé prudemment sa tête en arrière, elle sera mise sur le côté (position latérale de sécurité). En cas d’arrêt cardiaque, les manœuvres de respiration cardio-pulmonaire doivent être effectuées rapidement.

Kamir B.

%d blogueurs aiment cette page :