Baccalauréat et stress : Dernières mises au point avant le jour « J »

 

En cette veille de l’examen crucial du baccalauréat, la tension monte d’un cran chez nos jeunes candidats. Si certains restent sereins et parviennent à gérer leurs stress et leur angoisse, d’autres, en revanche, sont littéralement anxieux, peu sûrs d’eux et incertains face à la possibilité de rester zen lors des épreuves.

Les parents sont le meilleur pilier sur lequel peuvent reposer les enfants, aussi, ils doivent faire preuve de force de caractère et les soutenir au mieux au lieu de les stresser davantage. Ils doivent s’abstenir de communiquer leur anxiété à leur progéniture et se placer plutôt comme des accompagnateurs de choix.

Afin de faire baisser la pression, essayez en cette veille d’examen de ne pas trop vous fatiguer. Aussi, inutile de prévoir trop d’activités physiques ou culturelles, restez dans la modération. Si vous ne voulez pas que votre entourage vous parle des examens, briefez-le à l’avance pour ne pas avoir à gérer des tensions familiales ou des colères inutiles. Entourez-vous des personnes qui vous motivent et vous boostent.

Pour éviter les oublis dus à la nervosité, préparez vos affaires à l’avance (carte d’identité, convocation, montre, calculatrice, stylos, règle, …) et n’attendez surtout le matin de l’examen pour le faire. Prévoyez deux réveils pour être sûrs de vous réveiller à temps. Avant de sortir de la maison, prenez un bon petit déjeuner et pensez à prendre quelque chose pour calmer une éventuelle faim ou baisse d’énergie comme des fruits secs, …etc

Pendant l’examen, prenez quelques minutes pour vous souvenir d’un moment où vous vous sentiez bien et détendu, un moment agréable. Cela vous aidera à faire le vide et à retrouver votre calme et votre sérénité. Respirez profondément, relâchez les épaules, dénouez votre cou. Vous pouvez alors vous lancer dans la lecture du sujet.

Aucune description disponible.

Si, au cours de l’épreuve, vous sentez que le stress recommence à vous submerger, en raison d’une question difficile ou d’un sujet trop dur, fermez les yeux quelques secondes et raisonnez-vous. Repensez à cet endroit calme qui vous déstresse et replongez-vous dans le travail. Analysez, hiérarchisez les informations, réorganisez-les à votre manière pour bien comprendre. Ayez une méthode de travail.

Après l’examen, prenez du recul et ne pensez plus à ce que vous avez produit. Ne comparez pas vos réponses avec celles des autres candidats car cela pourrait vous déstabiliser. Concentrez-vous sur les épreuves futures.

Kamir B.

%d blogueurs aiment cette page :