fbpx

Aux yeux de beaucoup d’entre nous, notre pays n’est plus concerné par le Covid-19.

 

Alors que de nombreuses contrées affrontent une troisième vague qui a obligé les gouvernants à instaurer à nouveau le confinement et à tout fermer, nous en sommes à nous voiler la face et à ignorer les mesures préventives.

Rues désertes, rideaux baissées pour ce qui est des commerces, écoles fermées, tout est à l’arrêt dans ces pays qui semblent être frappés par la malédiction.

Mais, concrètement, on pense que dans ces pays, la raison « économique » l’a emporté sur la raison sanitaire, ce qui a donné de l’élan à une deuxième vague puis à une troisième vague. Près d’une année et demie depuis l’apparition du nouveau Coronavirus, le monde continue d’en subir les ravages.

L’inquiétude ne peut qu’être plus grande avec l’émergence des différents variants (nigérian, britannique et indien), l’Algérie ayant enregistré 166 cas entre variants nigérians et britanniques. Mais nombreux sont les citoyens qui ne semblent s’inquiéter ni du regain du Covid-19 ni de l’arrivée des variants du nouveau Coronavirus dans notre pays.

Nous remarquons malheureusement, en tant que journaliste sur le terrain et en tant que citoyenne, que le relâchement est flagrant. On se regroupe, on se bouscule, on se fait la bise, les camionnettes des marchands de fruits et légumes se côtoient tout comme le font les clients… En somme, on renoue sans remords avec les habitudes d’avant la pandémie.

Oubliés, le masque et la distanciation physique. Le constat est clair, ces gestes barrières ne sont respectés que par certains. Le port de la bavette n’est plus exigé, les commerçants semblent ne se conformer qu’aux instructions des pouvoirs publics pendant que les citoyens n’obéissent qu’à l’obligation faite par les commerçants lorsque c’est le cas. L’absence de contrôle a refroidi les uns et les autres, ni les uns ni les autres ne pensent au risque d’une flambée des cas de Covid-19.

Rachida Merkouche

%d blogueurs aiment cette page :