fbpx

Alzheimer : La prévention a un rôle primordial

La maladie d’Alzheimer est devenue en quelques années un véritable problème de santé publique en raison d’une augmentation du nombre de malades, principalement liée à l’augmentation de l’espérance de vie.  » on estime que 100 000 personnes seraient atteintes par cette maladie au niveau national ».
Maladie neuro-dégénérative caractérisée par une dégénérescence accentuée des neurones corticaux, la maladie d’Alzheimer affecte le plus souvent en premier lieu la mémoire puis les autres fonctions cognitives du malade, et son évolution est généralement progressive vers la détérioration de ses fonctions.
« Les formes les plus fréquentes se manifestent après 65 ans, mais il existe des formes d’apparition précoce caractérisée par l’émergence des premiers symptômes avant 60 ans. Elle survient la plupart du temps après 65 ans, mais chez certains patients, elle se déclare bien plus tôt, à 50 voir 40 ans, expliquent les spécialistes.
selon les neurologues, la maladie d’Alzheimer accélère la dégénérescence des neurones, ce qui se traduit par une atrophie globale du cerveau. Les effets de la maladie d’Alzheimer se retrouvent aussi sur l’ensemble du tissu cérébral, qui contient alors beaucoup moins de cellules nerveuses et de synapses que celui d’un cerveau sain.

Les scientifiques ne savent pas ce qui cause la mort des cellules et la perte des tissus dans la maladie d’Alzheimer, mais les plaques et les enchevêtrements figurent parmi les premiers suspects.
Le principal facteur de risque de présenter la maladie d’Alzheimer est l’âge. Mais il existe des facteurs de risque que l’on peut modifier en adoptant un mode de vie sain et adapté.
Selon toujours les spécialisyes, la maladie débute généralement par quelques oublis et pertes de mémoire des faits récents et une tendance à la distraction. Elle évolue ensuite par un déclin de plus en plus profond des acquis tels que la lecture, le langage, la reconnaissance des objets, les capacités d’organisation associé à des troubles du comportement.
Aux stades les plus sévères, le patient est dans un état de « démence » avancé, ce qui signifie qu’il ne peut plus se débrouiller par lui-même, ce qui peut aller jusqu’à une perte totale d’autonomie.
Il faut savoir qu’il n’existe pas de traitement curatif, mais seulement symptomatique pour assurer aux malades la meilleure qualité de vie possible en tendant de ralentir la dégradation des troubles cognitifs.
Plusieurs études prouvent que la prévention peut jouer un rôle primordial, non pas en empêchant l’apparition des lésions dans le cerveau, mais en retardant celle des symptômes de la maladie, et donc en repoussant l’âge de la dépendance.
Les spécialistes savent depuis longtemps que les facteurs de risques cardiovasculaires jouent un rôle dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer. En pratique, il est important de dépister précocement et de traiter l’hypertension artérielle. Il en est de même pour les lipides présents dans le sang (cholestérol, triglycérides) et le diabète.
Quel que soit l’âge, il est indispensable de lutter contre la sédentarité. Concernant l’Alzheimer, des chercheurs ont montré que le risque était divisé par 2 au bout de 5 ans chez les individus ayant la dépense énergétique la plus élevée.

Tinhinane.B

%d blogueurs aiment cette page :