Allaitement maternel, un moyen de « taille » pour prévenir l’obésité de l’enfant.

Depuis pratiquement deux décennies voire un peu plus, le monde assiste à une impressionnante augmentation du poids chez les enfants dont la conséquence serait un risque élevé des maladies qui lui sont associées et qui apparaissent souvent à l’âge adulte, à savoir, le diabète type 2, les maladies cardiovasculaires et les troubles du métabolisme lipidique. (1)

Il est parfaitement établi que l’obésité de l’enfant est une pathologie qui fait rarement l’objet de motif de consultation en pédiatrie, et pourtant il est admis actuellement qu’elle tue trois fois plus que la malnutrition.

L’obésité est une pathologie multifactorielle, ce qui conduit souvent à la difficulté voire l’impossibilité de la prendre en charge et où les conseils diététiques demeurent souvent la seule arme dont dispose le praticien, raison pour laquelle, la prévention reste, surtout dans nos conditions, le seule voire l’ultime moyen pour y faire face. C’est dans cette optique que le l’allaitement maternel trouve toute sa place et son importance.

Selon l’OMS, Le lait maternel est le premier aliment naturel pour les nourrissons ; il fournit toutes les calories et les nutriments dont l’enfant a besoin pendant les premiers mois de la vie et continue de couvrir la moitié ou plus des besoins nutritionnels pendant le second semestre de vie, et jusqu’à un tiers de ces besoins pendant la deuxième année.
Il favorise le développement sensoriel et cognitif et protège le nourrisson contre les maladies infectieuses et chroniques. L’allaitement exclusif au sein diminue la mortalité infantile imputable aux maladies courantes de l’enfance, comme les diarrhées ou les pneumonies, et il accélère la guérison en cas de maladie. (2)

Dans la littérature, on trouve une étude bavaroise réalisée en 1997 et citée comme référence dans un article de R .Von Kreis(3), paru dans un numéro du BMJ en 1999, cette étude semble être particulièrement intéressante à ce sujet, en effet, le but de cette étude était d’évaluer l’impact de l’allaitement sur la prévalence de l’obésité dans une population d’enfants étudiée au moment de leur inscription à l’école.

L’étude a touché une cohorte de 13 345 enfants bavarois (Allemagne), et s’est déroulé à l’examen médical obligatoire pour l’inscription à l’école, généralement effectué à 6 ans. Le poids et la taille des enfants ont été notés, ainsi que l’âge exact, le sexe, l’index de masse corporelle. A partir de ces données cliniques, les enfants ont été définis comme étant de poids normal, présentant un surpoids (index de masse corporelle supérieur au 90ème percentile) ou souffrant d’obésité (index de masse corporelle supérieur au 97ème percentile).

Il était aussi relevé auprès des parents si l’enfant avait été allaité, et si oui pendant quelle durée il avait été allaité exclusivement (aucun autre aliment que le lait maternel), pendant (a) 2 mois au plus, (b) entre 2 et 5 mois, (c) entre 5 et 12 mois, et (d) plus de 12 mois). L’enfant était défini comme non allaité s’il n’avait jamais reçu de lait maternel.
Toutes les données nécessaires ont été recueillies pour 9 206 enfants. 4 022 enfants n’avaient pas été allaités, et 5 184 l’avaient été. Parmi les enfants allaités, 9,2 % présentaient un surpoids, et 2,8 % pouvaient être considérés comme obèses ; ces chiffres étaient respectivement de 12,6 % et 4,5 % chez les enfants qui n’avaient pas été allaités.

L’étude avait montré aussi une corrélation inversement proportionnelle significative entre la prévalence de l’obésité à 5-6 ans et la durée de l’allaitement ; la prévalence respective du surpoids et de l’obésité était de 11,1 % et 3,8 % chez les enfants qui avaient été exclusivement allaités pendant 2 mois maximum (n = 2084), contre 5 % et 0,8 % chez les enfants qui avaient été exclusivement allaités pendant plus de 12 mois (n = 121).

Il parait que cette étude est la plus intéressante effectuée sur le sujet, elle met en exergue l’impact significatif de l’allaitement sur la prévalence de l’obésité infantile, ce qui doit inciter tous les acteurs de la santé infantile à doubler d’efforts quant à la promotion de l’allaitement maternel. (4)

1-The role of breastfeeding in obesity. NF Butte. Pediatr Clin North Am 2001 ; 48(1) : 189-98.
2-http://www.who.int/maternal_child_adolescent/topics/child/nutrition/breastfeeding/fr/
3-Breast-feeding and obesity : cross sectional study. R Von Kreis, B Koleztko, T Sauerwald et al. BMJ
1999 ; 319 : 147-50.
4- www.lllfrance.org/vous-informer/des-etudes/1016-allaitement-obesite

%d blogueurs aiment cette page :