Ali : « C’est difficile de voir la déchéance d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer »

« Ce n’est pas du tout évident de voir un proche en arriver à demander qui vous êtes alors qu’un lien familiale ou de voisinage vous unit ». Ali affirme que son chagrin est toujours vivace par rapport à son cousin atteint de la maladie d’Alzheimer, surtout lorsqu’il s’agit de l’évoquer.

« Il est vrai que nous sommes vieux et que nous avons atteint l’âge où nous voyons certains d’entre nous quitter ce monde, mais c’est difficile de voir la déchéance mentale d’un proche, d’un ami ou d’un voisin » déplore le vieil homme.

« Mon cousin L’hassen est moi, nous avons vécu notre enfance et notre adolescence ensemble dans notre village puis la vie et nos charges familiales, une fois adultes, nous ont éloignés l’un de l’autre surtout après mon départ vers l’autre rive mais nous avons continué à nous voir » témoigne Ali avant de poursuivre : «Je ne pourrai jamais oublier notre enfance et nos jeux, nos rencontres pendant lesquelles je constatais sa grande sagesse mais aussi son sens de l’humour ».

Le vieux Ali égrène de nombreux souvenirs avant de faire une pause puis de dire que c’est ce qui augmente sa douleur. « Tout cela est fini. Il me regarde, sans savoir qui je suis. Le voir ainsi et me remémorer comment il était, cela me cause une peine profonde » conclut-il.

Propos recueillis par Rachida Merkouche